tout se vaut et tout passe

Rien n’est grave, tout est lisse, tout se vaut et tout passe. L’eau croupie de l’extrême droite aussi, si on en croit la justification offerte par la Galerie Art Maniak à l’annulation de l’expo marsault.

Ho tout ceci est embêtant, cette polémique sur internet, ho mais que c’est bruyant des personnes qui gueulent contre l’invitation d’un fasciste. Ha, si seulement tout ce beau monde pouvait être courtois comme moi et se saluer poliment on en serait peut-être pas là, d’ailleurs n’était ce pas Churchill qui disait que les fasciste et cœtera ?

Voyons voyons un peu de calme, ce ne sont que des dessins. Ce ne sont que des dessins.
le galeriste est déçu de ne pouvoir exposer les qualités artistiques de marsault, comme ce dernier trouvait dommage qu’on s’intéresse pas à l’art du IIIème reich il y a peu.
Après tout la BD ça n’est que des lignes et des mots dans des bulles. Après tout les aigles triomphants du IIIème reich ne représentaient rien d’autre que de jolis animaux.
l’art n’est rien, nous dit ce galeriste, l’art ça n’est que de la décoration, les artistes de gentils saltimbanques sans cervelle, ni idées. L’art ne saurait avoir un propos quelconque.

Tout passe et tout se vaut, en attendant marsault m’a envoyé ses hordes de molosses, sans doute est-ce un beau geste artistique.
Et sans doute devrais-je apprécier la prose des appels au meurtre et au viol, qu’est-ce qu’on peut être idiots ou incultes, à ne pas voir la poésie du sang et de la haine. Peut-être devrais-je me sentir flattée que Valeurs Actuelles enfonce le clou en se faisant l’avocat de cette ordure et en relayant ses mensonges, sans surprise aucune.
C’est magnifique, cette neutralité quand on ne risque strictement rien et que marsault préserve ses intérêts de boutiquier en envoyant pas ses sbires harceler la galerie, mais moi.

merci Art Maniak de vous montrer aussi impartiaux dans cette époque mouvementée, c’est frais.

Enfin c’est sans doute pour cette belle neutralité que vous avez effacé mes commentaires et laissé ceux des fafs chez vous.
Maintenant vous pouvez remercier les méchants antifascistes qui ont eu assez de jugeote pour s’effrayer de cette légitimation des idées les plus dégueulasses, parce que grâce à elles et eux, vous n’aurez pas 300 fascistes à siroter votre pinard au vernissage. Vous pouvez aussi les remercier de récolter à votre place le blé pourri que vous avez semé.
Vous êtes complices.

il serait peut être temps de réaffirmer, dans la BD comme ailleurs, une volonté clairement antifasciste.

 

petit ajout : je tiens à remercier l’excellent site Lignes de crêtes pour son soutien, et aussi tous les gens qui m’ont envoyés des messages. C’est rassurant et c’est indispensable pour ne pas voir que les horreurs, merci.

le pogo des anges rebelles

le pogo des anges rebelles, linogravure encre offset sur papier Fabriano 220gr, 35x50cm (papier), colorisée à l’aquarelle, exemplaire unique, signé
300€ (port compris), contact par email à tanxxx(at)gmail.com

une autre version couleur sera faite dans les semaines à venir, la version noir et blanc est disponible sur ma boutique

l’impossible séparation

j’apprends ce jour que Marsault va être exposé à la galerie Art Maniak.
Art Maniak explique sur son facebook qu’il expose des dessins et qu’il serait fort chagrin qu’on l’associasse aux idées de Marsault.

Art Maniak a déjà exposé des travaux du prix Artemisia et là vient la question : était-il aussi question de débarrasser Artemisia de son contenu politique ?
comment on opère un tel grand écart d’exposer une association féministe et ensuite un faf masculiniste ?
les commentaires sur le statut de Art Maniak en dit long sur ce que signifie exposer marsault : les fachos se déchainent sur l’extrême gauche et prouvent que toute séparation art et politique est strictement impossible, n’en déplaise au galeriste. Séparer marsault de ses idées est un non-sens complet, marsault a une position très claire, et dans son travail et dans ses propos hors de son travail, sur sa propre page. Ces dernières semaines, il a même posté une superbe diatribe suprémaciste blanche qui ne laissait absolument aucun doute possible quant à ses idées, pour ceux qui avaient encore de la merde dans les yeux et doutaient encore de la faferie de ce trublion. Son éditeur est un éditeur facho. Je ne sais pas à quel point il faut avoir de la boue dans les yeux pour croire deux secondes à une telle ânerie d’un marsault dépolitisé.

L’argent n’a pas d’odeur, dit-on, mais tout de même, si le commerce n’a strictement aucune espèce de morale, n’y aurait-il pas tout de même quelques limites dans les choix qu’on opère quand on tient une galerie ? Manquerait-on d’artistes, d’auteurs, autrices en france pour qu’on choisisse d’exposer un fasciste ?
doit on rappeler que marsault appelait ses hordes de fanfs (fans fafs, sympa comme néologisme non ?) à harceler des féministes ? que celles-ci ont reçu des tonnes de menace de mort et de viol punitif ?

la séparation homme-artiste concrètement le soir du vernissage ça s’opère comment ?
non parce que dans ce vernissage, on serre des mains (de fafs), on partage des verres (avec des fafs), on discutera tranquillement (avec des fafs), c’est bien que la proximité avec l’extrême droite est pas tellement un souci, quand on pense à ce que c’est concrètement d’accueillir un tel auteur dans ses murs et lui offrir une tribune d’enfer.
la séparation veut-elle dire aussi fermer les yeux sur les exactions de ce groupe sympathique de fascistes comme ça avait été le cas à Nantes ? La séparation s’opère où, et comment ?

l’extrême droite progresse, et à une vitesse vertigineuse, et ce genre de choix participe pleinement à son expansion, la banalisation des propos de marsault est un problème éminemment politique et se cacher derrière une prétendue séparation de l’artiste et de l’homme ne fonctionne pas.

Quand on choisit d’exposer Marsault, on est vecteur de ses idées, complice, et quoi qu’on en dise, on se retrouve de fait associé à ce genre d’idées nauséabondes.

 

EDIT du 1er septembre : la galerie Art Maniak a été interpellée il y a plus d’une semaine. Elle reste dans le mutisme, refusant aussi de répondre aux autrices de l’expo Artemisia qui y avait été montrée. Désormais nous pouvons affirmer que la galerie n’éprouve aucune répugnance à accueillir en son sein l’expression des idées les plus rances, ne voit aucun problème à offrir une tribune à l’extrême-droite, ne sourcille pas à l’idée de se retrouver avec un public fasciste au vernissage et de serrer leurs paluches. Serrer des paluches qui aiment tabasser des raciséEs, boire un verre avec des gens qui n’ont aucun scrupule à appeler au viol de femmes et à clamer la supériorité de la race blanche. C’est ça, l’extrême droite. Rappelons-le encore. Un bulletin pour faire barrage ne suffira pas à laver cette conscience-là.

Aussi, le silence de la galerie quant aux autrices inquiètes de se voir associées au fascisme de cet auteur est aussi lourd de sens. Qu’en est-il ? la galerie espère t-elle amoindrir l’exposition d’un faf grâce à cette précédente expo d’une asso à but féministe ? Dans le meilleur (!) des cas c’est de l’inconscience dangereuse, dans le pire, une manipulation tout à fait scandaleuse et un mépris insupportable pour le travail de ces autrices dont la galerie a pourtant tiré et une vitrine et du fric. Les autrices présentes dans cette expo, et les autres auteurs et autrices à y être représentés, se retrouvent, et se retrouveront à faire une promotion indirecte d’un tel type si on ne réagit pas. marsault comme d’autres, après tout l’époque est aux émules du genre. Le listing des expos passées est tout à fait trouvable sur la site de la galerie. A t-on envie de ça ?
Le plus triste et le plus alarmant de tout ça, c’est que demander des comptes ou exiger le retrait de l’expo de marsault semble être un summum de radicalité, là où il n’y a pas si longtemps refuser de servir la soupe aux fascistes déclarés et assumés était une base commune tout à fait normale et admise. L’antifascisme ne semble plus couler de source, il n’est plus une évidence indiscutable, et c’est terrifiant.
Le fascisme c’est la gangrène, on le combat ou on en crève.

 

cette maudite flemme

j’ai décidé que.
j’ai décidé que j’aurai zéro contrainte sur ce truc que j’ai commencé.

je poste ici mes 3 premières planches, la suite sera postée – toujours sans aucune contrainte, ni de temps, ni de rien, sur mon tipeee pour les tipeurs sans minimum de tip.
si un jour j’arrive à quelque chose, j’en ferai peut être un zine, mais on verra, parce que dès que je décide de quelque chose je change aussitôt d’avis.

diable buvant

pas tout à fait une nouvelle gravure, mais je l’avais pas encore imprimée… Lino dispo dans ma sémillante nouvelle boutique par ici

cette lino existe aussi dans une version colorisée à l’aquarelle et c’est trouvable