Blake is Blake

des fois, t’as envie de peindre, alors tu penses à des peintures. des fois, le souvenir des peintures qui t’avaient tapé dans l’œil s’avèrent totalement à côté de la plaque. des fois, c’est toujours en fait. Cette peinture de Blake, je l’avais découverte au lycée je crois, et elle revient par moment dans ma tronche comme une petite vaguelette de la Méditerranée.

Alors je me suis dit mais pourquoi pas peindre d’après le souvenir erroné que j’ai de ces œuvres ?

Banco.

20150820SouvenirBlake 20150820SouvenirBlakedetail(huile sur toile)
Et je cherchais quelles autres œuvres je pourrais reprendre mais pour le moment j’ai que LE RADEAU DE LA MÉDUSE qui s’affiche spontanément.

One thought on “Blake is Blake

  1. salut,

    hum, j’arrive un peu après le débat et j’aurais préféré t’envoyer ça en privé plutôt que m’étaler sur ta page, mais j’ai pas trouvé de formulaire de contact. donc, c’était juste pour te faire lire un petit truc que j’ai écrit il y a quelques mois, et qui fera partie d’un prochain livre, et à quoi m’a fait penser la lecture de ton billet consacré aux blogs et aux bd “girly”, et son auto-droit de réponse :

    Ce qui m’intéresse en ce moment au cinéma, dans les films de Bonitzer par exemple, ou bien dans ceux où joue Luchini, c’est de voir les comédiennes interpréter des cruches, des potiches, des jolies gourdes. Et à la télé ce qui me fascine en ce moment, c’est les actrices séduisantes dans les pubs sexistes. Je pourrais y passer des heures, à me demander à quoi pensent ces femmes payées très cher pour jouer des personnages qui sont tellement, tellement des fantasmes de vieux bourgeois de cinquante ans, pour jouer des connes. A quoi pensent-elles quand elles incarnent des nanas bêtes et sexy, discrètes, soumises, cultivées, que les réalisateurs mâles de cinquante ans mettent en scène sans vergogne, sans aucun sens du ridicule ? A quoi pensent-elles en jouant ce jeu-là, c’est ça qui m’intéresse.

Comments are closed.