Stal de l’agrafage

Nan mais évidemment qu’on plie un zine avant de l’agrafer c’est quoi ça, comment tu veux savoir que les agrafes soyent bien bien au milieu, bon sang. Merde j’ai raison, on agrafe APRÈS je me disais en assemblant comme une dingue des tas de zines (3) pour un truc prochain dans une frénésie joyeuse facilement imaginable après au moins un an et demi passé sans le moindre évènement un peu plus excitant que sortir après 18h choper une pizza de contrebande. Encore une phrase trop longue, je me suis dit, l’ennemi de la team J’AGRAFE D’ABORD aura beau gueuler qu’il a raison bah il a tort c’est tout. l’agrafage-pliage et le pliage-agrafage c’est comme tire-bouchtroumpf ou du schtroumpf-bouchon : ça finit mal. Enfin ça finit pas mal mais ça gueule bien avant de finir bien quand même faut pas pousser ça reste les schtroumpfs ces gros cons de communistes bref je m’égare.

Un putain de sujet sérieux qui peut amener aux fâcheries les plus déchirantes, les Montaigu et les Capulet, le drame, la tragédie. 30 ans après ils seront encore à se tirer la gueule avec leurs agrafeuses à longs cols glissés dans des holster, une larme au coin de l’œil réprimée sur des visages burinés par l’âpre vie de libre liberté, le couchant grésillant de ses 54° encore à l’horizon crame les regrets, les remords, les encolleuses perdues, et les rogneuses tombées dans la bataille. Je garde le menton haut, le front fier et je plie un Phibolino AVANT d’empoigner l’agrafeuse. Je la regarde, elle m’a couté un frigo, un four, un lit, mes nerfs, 6 mois de loyer et des années de dépression, putain !

Vu que personne me regarde, je me dis que peut-être je peux tester pour voir en scred ce que ça fait d’agrafer avant. Je me sens fébrile, une excitation monte, le parfum de la subversion, je prends le zine et le glisse dans la gueule de l’agrafeuse…. Et je me retrouve comme une con.
Mon agrafeuse est pas graduée pour du format A6 et s’arrête au A5. C’est pas qu’il faille plier avant, c’est que ma foutue agrafeuse exige que je le fasse parce qu’elle est nazebroque et approximative.
C’est pas tant les mots que savoir ce à quoi ils renvoient.
C’est pas tant la recette que l’amour que tu mets dans ton bourguignon.
C’est pas tant la mogette que la quantité de beurre dedans.
bah pareil : c’est pas tant la méthode que savoir de quel outils tu disposes.

COMPAGNON ! Regarde moi courir dans ce putain de couchant qui veut pas se coucher je crève de chaud et je sue comme une vache : enterrons la hache de guerre ah oui non c’était des coboyes qu’on était au début attends non merde pourquoi j’ai parlé des schtroumpfs  ça va pas du tout mon histoire bon je vais me refaire un caoua.

Encore une fable papetière intéressante.