les gens cools sont touTEs des gros pédés

L’autre soir alors que je rentrais de ma séance hebdomadaire de remontage de moral à base de tout casser la société il s’est passé un truc incroyab’ : j’ai été interpellée par un mec cis blanc d’âge moyen qui est ni zonard ni à la rue ni punk à chien qui voulait me signifier qu’il kiffait ma dégaine.  Première fois en plus de 2 ans de balades intensives dans tout Paris puisque j’ai une cape de parfaite invisibilité pour ce genre de profil, enfin presque puisqu’il existe une exception.

Le mec était américain et accompagné d’un autre type, ils se trimballaient tous les deux, joyeux et ivres avec une bouteille de rosé, j’attendais devant un JC Decaux, où je me délectait de mon activité préférée à fixer les loupiotes orange/bleu/vert. Donc le mec m’interpelle “I love your outfit ! do you want some wine ?”

J’ai d’abord décliné, pleine déjà comme une outre à bière (j’ai une petite contenance), mais la jovialité du gars m’a finalement fait accepter,  yolo. La jovialité, mais pas que, c’est surtout que le voyant jauger ma tenue de punkoïde avec ravissement j’ai tenté avec le sourire en coin que chaque chelou à trainasser à des heures indues connait “you’re gay, aren’t you ?” et il a explosé de rire avant de me checker et me servir un gobelet. Son pote à côté a montré une certaine panique à répéter “but I’m sleeping with him !” he bien oui dude, ton copain est pédé, et tu peux bien dormir avec si t’avais pas de souci avec ça jusque là je vois pas ce qui change avec cette donnée.

Le lendemain, j’avais une gueule de bois carabinée, comme prévu. Donc j’étais de mauvais poil. Donc je ronchonnais à la vie,, cette connasse, qui peut pas être juste une longue discussion à la coule sur le thème de l’amour et des pâquerettes, je bougonnais de faire des courses chiantes dans un magasin agressif, et puis à la caisse, la meuf dans mes âges a désigné mon tish que j’avais encore sur le dos vu que j’avais décidé de me mettre en grève de douche. Hey ! mais je connais ça, il avait une houppette, c’était dans les années 80 ! j’aimais beaucoup ! oui, j’ai répondu quelque peu surprise, et il chantait aussi dans les Communards. Son regard s’est perdu dans ses souvenirs de folle jeunesse, je lui ai souhaité la meilleure fin d’aprèm du monde.

J’ai rigolé et je me suis dit ah oui tiens c’est vrai j’ai mon tish Bronski D-beat,  très bon gaydar pour qui ne l’a pas intégré.

One thought on “les gens cools sont touTEs des gros pédés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.