pas de garçon ?

je rentrais chez ouam, la joie au cœur et Morphine dans les oreilles pourtant, le dimanche mouillasson se languissait sur  mon ciré trop grand de Sylvaine de retour de l’ile de ré. Ha qu’il fait bon, me disais-je en suant des rigoles sous les nichons. J’ai croisé un vieux type promenant son chien moche et marrant, et le type s’est retourné si ostensiblement pour me fixer que j’ai fait demi-tour et coupé la voix envoûtante et cette basse si terriblement prenante aux tripes qui me faisait tant bon bref, j’ai coupé le son, et retirant mon casque en libérant des fontaines de sueurs coulant de mes lobes, j’ai adressé un signe de tête en souriant quand même des fois que ça serait pas méchant on sait jamais au vieux, qui me fixait toujours comme un merlan. Ledit vieux laissa tomber la question comme un poil de cul sur une soupe tiédasse :

-pas de garçon ?
-hin ? je me rapproche, sûre de pas avoir bien entendu
-pas de garçon ?

chais pas vous mais moi je suis du genre à tellement aimer péter dans la soie que j’estime être en droit d’avoir des questions avec sujet verbe complément voire même tout ça dans le bon ordre comme un tiercé gagnant, carrément.

-??? quoi ça veut dire quoi ?
-pas de garçon pour vous accompagner, vous êtes toute seule ?
-bah heu ouai heu
-mais vous êtes jeune

sapristi, j’ai fichtre bien réussi la mise en pli ce matin ou quoi.

-bah c’est à dire que non pas tellement, mais même si je l’étais je vois pas trop ce que ça pourrait faire
-ha mais je rigole, je rigole !
-ha ha. Moui bien sûr.
-bonne soirée
-c’est ça ouai bonne soirée

Il est pas 21h, j’ai mon crâne fraichement rasé de la veille, mon futal si usé qu’il sait même plus qu’il est un futal, mon tish pref avec le lapin ailé chevauché d’un magicien guitariste sous LSD que je traine depuis 12 ans, ce ciré trop grand patché, mes godasses si énormes que j’ai l’impression de marcher sur des aéroglisseurs, bref, dans le 17è proche ça doit pas trop ressembler à ça, les écolières perdues sans leur papounet ou bien j’ai raté un sacré chapitre de la mode mais après tout, qui ça étonnerait.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.