les trucs à la con

Avec mon pote qui faisait du fanzine et des trucs à la con comme moi quand je vivais à Bordeaux, on faisait des rencontres distrozines les premier dimanche du mois. Un prétexte à boire des bières raconter des conneries ou pas tant des conneries d’ailleurs et lire des zines le cul dans des canapés-pièges dont tu pouvais pas te relever seulE, qui n’en aurait pas voulu franchement ? un jour qu’on voulait un peu bricoler avec nos doigts en plus de boire des bières et raconter des conneries, on a décidé de faire un atelier de gravure avec des trucs qui nous tombaient sous la main pour peut-être ou pas sortir un zine on verra bien. Si t’as pas l’habitude de ces mondes bizarres du fanzinat underground, imagine le centre aéré mais dans un local tout bordélique avec des grand couillons punkoïdes de 40 balais infoutus de remplir le CERFA 2042C que des artiss se tuent à défendre dans des luttes chiantes à crever.

Bref nous voilà avec de l’encre partout, des bouts de papiers découpés, du plâtre, des rouleau des gouges et tout ce qu’on pouvait graver histoire de rigoler. J’aime bien ce pote parce qu’il bricole et joue tout le temps, et au bout d’un moment à bidouiller nos trucs chacun le nez dans son ptit bordel, je l’entend pouffer comme un môme et lâcher un “ho merde hahaha”. Je relève la tête et je le vois fixer son bidouillage et il me le montre, hilare, en me disant qu’il a pas fait exprès.

Il avait fait un petit tampon qu’il avait reproduit géométriquement pour voir ce que ça pouvait donner au hasard de ses tentatives et le nez sur son truc il avait pas vu qu’il venait de faire une croix gammée, ornementée certes mais quand même. Il a jeté et est reparti illico sur autre chose. Y’a une leçon à tirer de ça je suppose, mais on était juste morts de rire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.