Comme un oiseau ivre libre de liberté libre

je m’en allais sur mes libres godasses
le long des libres chemins ivres
que ne vivais-je point jusque là librement
Le soldat, là, avec son trou, ne souriait-il pas ?

Ha la nature, l’enivrement libre
comme des herbes fofolles
dans le vent de mes pets

mogette, mogette, que ne m’as-tu soufflé
dans mon engourdie esgourde
ce vent libre de la liberté

 

putain j’en ai marre je vais vendre des armes

 

– Rimbo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.