fuck l’état

L’état est quand même cruel à traquer la moindre trace de créativité pour la flinguer que je me disais en pensant à ma jeunesse perdue dans le naufrage pandémique et ma rage qui gronde. Non je te cause pas de la fermeture des théâtres, non je te cause pas de travail, je te parle de tout ce qu’on porte, touTEs autant qu’on est, qu’on soit artiss estampillé, artiss du dimanche ou pas artiss du tout, je te cause de ce qui fait que l’art c’est ni le divertissement ni l’évasion, ces instruments de pouvoir, mais ce qui fait que l’art a cette chose magique de te parler, à toi, ou existe pour exprimer quelque chose qui échappe à la domestication du langage.

Perso j’ai envie de tout cramer quand je n’y arrive plus. ça a l’air con hin dit comme ça, mais faut pas croire j’arrête pas de réfléchir en ce moment y’a que ça à foutre :  j’ai envie de tout cramer de ce qui m’empêche de créer comme je voudrais et de dire ce que j’ai envie, moi et moi seule, de dire. Que ce soit le boulot, que ce soit le fric, que ce soit le genre, que ce soit la pulsion autoritaire, tout ce qui chercher à délimiter, d’une façon ou d’une autre, mon expression à moi et pourquoi je crée. Tout ce qui voudrait domestiquer cette expression. Ce bon dieu d’état attaque ma part créatrice, ce gros con, en tuant ce qui la nourrit, mon lien à mes amiEs, quand t’es passé du fanzine distribué aux potes pour en faire un ulele t’as rien fait d’autre que te conformer. tu perds en fun, tu perds en verve, tu perds le cœur puisque tout ce que tu voulais en dessinant c’était faire rire tes copains ou les émerveiller, c’était toi et toi seulement et pas vouloir le pognon ou la reconnaissance t’as pas besoin d’être reconnue quand on te connait déjà, eh pardi.

Franchement moi les meilleurs trucs que j’ai sortis c’est ce que j’ai fait parce que je les destinais à des copainEs, tout le sel, toute la polésie, toute la verve et tout l’humour ça n’est pas que moi : c’est le lien entre nous, et ce lien fait terriblement défaut aujourd’hui et je m’acharne à le retrouver et le réveiller . Parce que mes meilleurs dessins et mes plus belles gravures sont l’expression de l’amour et de la vie. Sylvaine Téton est née d’une amitié, Rock zombie était destiné à des copainEs, la gravure “ma soeur” est pour une amie et mes aquarelles sont pour les gens que j’aime.
Parce que ce lien c’est mon art parce que ce lien c’est ma vie, parce que le manque de mes amiEs dans la merde qui va grandissante ne me conduit à aucune autre conclusion que la généralisation de la mort, parce que le lien c’est ce qui fait naitre aussi la beauté et le rire, et à tout prix je veux rappeler pour quelle raison on aime la création, pour quelle raison on fait ou on écoute et regarde de la musique ou du dessin, qu’on baigne avec bonheur dans un pogo entourés de copainEs déchainéEs et hilares, la putain de vie mon gars !

Vive la vie, bordel de merde, et feu à l’autorité qui veut la flinguer !

Mon pote Naga a réclamé le retour de Youth avoiders, et putain oui.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.