DOUBLE ROCK, TROUBLE ZOMBIE !

On se fait iech comme des pierres, on s’emmerde comme permis par l’état, alors voilà j’ai décidé de faire n’importe quoi pour changer et pour esbaudir la compagnie comme au bistro. C’est dessiné avec des pieds qui gigotaient sur ma playlist. J’avais annoncé le printemps dans une aquarelle, et mon génie naturel me fait boucler Double rock, trouble zombie ! aujourd’hui. C’est pas croyable, il faut me décerner le prix nobel de quelque chose. Cheer up, laisse donc pas la période s’appesantir sur toi et rejoins donc le côté débile de la force.
je sortirai ce Pulitzer dès que j’ai repris mon souffle et renfloué les caisses, en attendant, enjoy !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.