la métamorphose

Il passait ses soirées à regarder  des gens en quête d’amour essentiellement. Les gens allaient d’une aventure à l’autre, dans la gaieté de blagues et de compréhension mutuelle, on mangeait au restaurant sans parler de la note, on allait au café prendre des pleines marmites de latte sans que jamais l’argent n’apparaisse, les seules fois où ça arrivait il y avait un blanc magique et l’instant d’après l’appart avait été trouvé, il était beau et confortable, le déménagement était fait on en avait vu qu’un carton, la paperasse n’existait pas, nulle part. La politique n’existait pas non plus. Alors on se posait là entre amiEs aimantEs à reprendre les discussions centrales une fois la peccadille réglée, est-ce que Ross et Rachel vont finir ensemble. Ah qu’il était heureux Kafka devant Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.