rire fait chuter la cote

L’autre jour j’ai visité rapidement un nom de la BD. Passage en coup de vent, passer de rien à tout dans le flot des paroles j’étais pas prête. On m’a filé un almanach regroupant les bonnes nouvelles de 2019 en me disant que celui de 2020 était en voie de bouclage, et le monsieur m’a précisé que ça n’a pas été simple de trouver des bonnes nouvelles cette année. J’ai trouvé ça encore plus déprimant. J’ai eu envie de répondre qu’il suffit juste de regarder où il faut et sous le bon angle et d’être moins socedem de mes deux. J’ai rien dit, j’ai préféré partir en promenade dans mon parc qui s’en fout complet et continue de secouer les corneilles qui s’en foutent tout autant, pour siroter de l’ice tea en écoutant les vieux sur le banc à côté.

Rire fait chuter la cote, jme dis que Paris sous le covid pourrait bien réussir à me rendre intéressante aux yeux des collectionneurs à la con et qu’il est grand temps de se secouer.

Autoportrait matinal de la joie exultante, collection du Prado