la solidarité féministe et antifasciste contre l’offensive couillue

Dénoncer l’extrême-droite pour ce qu’elle est expose forcément, mais cette exposition varie selon qui on est, la place qu’on occupe et la notoriété dont on peut bénéficier, l’offensive fasciste n’est pas la même selon qu’on soit un homme en vue ou une femme sans nom.
Suite aux attaques de Marsault, Obertone et Ring, des femmes – qui se targuent d’être féministes de surcroit –  ont subit le harcèlement de leurs petits soldats couillus. Nous avons tenu bon. Nous avons écrit un texte hier, alors que réaffirmer l’antifascisme et le féminisme nous paraissait plus nécessaire que jamais, ainsi que la réaffirmation de notre solidarité indéfectible.

En voici un extrait, la totalité est à lire sur Lignes de Crêtes :

Ring, éditeur de Marsault et d’Obertone est le phallus symbolique du mâle alpha de l’extrême droite. Avec leur chaperon, Serra, ils sont le Fight Club fantasmé devenu réalité.
Les Prédateurs Assumés qui n’ont pas honte de laisser libre cours, totalement cours, à leur domination. Toute leur communication, toute leur mise en scène, tout leur univers culturel tourne autour de cela. Oser violer, oser vaincre. Se débarrasser du vernis de la civilisation, tellement, tellement féminin. On n’est pas des PD, on n’a pas honte de bander devant la guerre, la violence, le sang. Le narratif à la Mad Max, nous sommes les hommes enfin libérés, la Bande de Loups Ultimes qui allons sauver la France de la décadence et du Grand Remplacement.

Entre Ring et nous, femmes en lutte, tout a commencé par un dégoût. Le moment où nous en avons eu marre de supporter leurs couilles dégueulasses sur la table. Marre de l’éjaculation brutale et qu’on appelle ça de l’art.

Ce ne sont pas des artistes que nous voulons faire taire, ce sont des mâles ivres de leur toute puissance. Lorsque nous refusons que leurs dessins ou leurs bouquins aient leur place dans des lieux culturels, cela n’a rien à voir avec la liberté de créer ou la liberté d’expression.

Notre combat est culturel, parce que la culture est politique. Parmi les femmes qui les combattent, pour certaines, nous sommes artistes. Mais avant tout, nous sommes antifascistes et féministes.

 

 

à lire en complément sur Lignes de Crêtes :

Marsault, Obertone, RING et ses auteurs: le coup de poing d’extrême-droite permanent

En fait, on avait pas compris Marsault

Liberté d’expression

Ainsi que des textes dans la rubrique “kritikons” ici même.