Plus près de Poujade que de Pouget

Je résume la situation :

d’un côté nous avons : les artistauteurs qui te parlent de l’exemple du boulanger ou du plombier pour expliquer que c’est pas normal que tu taffes gratosse.

d’un autre côté ces mêmes artistauteurs qui te font des trémolos parce que l’âââârt et parce que la créâââtion quand ils revendiquent des trucs dans leur boulot.

maintenant, imagine un plombier qui te dit que l’âââart et la beauté des installations de tuyaux pour justifier de ses factures.
Ha merde bizarrement ça marche plus dis ! Eh bien oui, car le plombier ça lui viendrait pas à l’idée de déclamer sur la polésie des joints caoutchouc ou le merveilleux des tuyaux en coudes (et pourtant !), parce que le plombier il fait pas cette connerie monumentale de mélanger ce qu’il fait et les conditions dans lesquelles il le fait.
Et l’artistauteur, lui, il voit pas de problème à tout mélanger tout le temps, les déclarations MDA et la peinture abstraite, sa déclaration P zéro et une bédé autobio vibrante d’émotion sur la poussée du furoncle qui fit basculer sa vie, son chèque adressé à l’IRCEC avec un polème dada.

Franchement je vois pas le rapport. Si tu veux filer la métaphore du travailleur, file la donc jusqu’au bout, et n’aborde pas du tout les questions artistiques dans ce discours. Et ce truc de dire qu’on est un poids économique, mais quelle horreur : évidemment qu’on en est un, TOUT LE MONDE en est un à partir du moment où on est prolo !
sauf que prolo, ça lui écorche la gueule. Plus près de Poujade que de Pouget, l’artistauteur n’a de cesse de se mettre en dehors du monde, et qu’il est pas comme tout le monde, et que je crée moi mossieur, l’artistauteur n’a de cesse de rappeler ses spécificités qui sont pas comme celles de tout le monde attention.

mais bougre de gros con, que tu crées on en a rien à foutre quand on parle d’exploitation et de travail. Tu crées quand tu remplis ta déclaration de revenus MDA/AGESSA ? tu sens le vent fou de la créâââtion quand tu réponds à une commande merdique pour le Super U local parce que t’as pas le choix tu dois croûter ? tu respires à pleins poumons l’air vivifiant et pur de ton esprit libre et fougueux quand tu réclames encore et encore la pige que ton employeur rechigne à payer parce que he pardi : t’es un peu bohème un peu artiste doux-dingue tu t’en fous des thunes !

le travail dans ces branches ce sont deux choses distinctes: la création et les contraintes qui viennent la perturber et – comme son nom l’indique justement- la contraindre. Et dans ces métiers il n’y a pas que des créatifs non plus y’a des tâcherons, et bien plus qu’on croit. Seulement c’est tellement mal payé qu’ils font semblant de s’éclater et de trouver que c’est de l’art (voir l’expérience de Festinger sur la dissonance cognitive).

Sans dec, ça me rend dingue.
Le corporatisme c’est la gangrène et on finira par en crever.